Site Officiel de la Ville de La Ciotat

De nouvelles enseignes se sont récemment implantées dans le vieux La Ciotat. Concept stores ou boutiques-ateliers : toutes impulsent une nouvelle dynamique au cœur de ville.

À La Ciotat, comme dans nombre de villes en France le même constat s’impose, les commerces des cœurs de villes, en quête d’un nouveau souffle, doivent répondre aux nouveaux modes de consommation qui privilégient les commerces de périphérie et les achats par internet. Soutenus par la municipalité, les commerçants du Vieux La Ciotat font preuve de dynamisme et d’accueil chaleureux pour animer leur enseigne et leur rue toute l’année, et bien entendu, encore plus en période estivale.

 

 

De nouveaux commerces se dévoilent

En effet, de nouveaux commerces ont ouvert récemment et souhaitent faire découvrir leur activité. C’est le cas de Guido Falchi, le traiteur de produits italiens de la rue des Combattants, qui propose ponctuellement des dégustations et envisage de s’associer avec d’autres commerçants pour des animations communes, à l’instar de la boutique La Fontaine et de son voisin le caviste Hemingway’s, qui organisent des défilés (mode et dégustation) place Sadi Carnot. D’autres travaillent en direct et montrent leur savoir-faire. C’est le cas de la boutique-atelier Aux grains gourmands, rue des Poilus, qui torréfie et grille ses cafés sur place. Mais aussi de Delphine, qui tient la biscuiterie et épicerie fine Mes Douceurs de Provence rue des Frères Arnoux. À côté des métiers de bouche, on trouve également des artisan(e)s qui font revivre des métiers d’antan. Par exemple, l’atelier de couture Les Cigales, installé depuis le mois d’avril rue des Frères Arnoux, qui avec Soledad Granger, tapissière d’art, rue Gueymard et Agata Gat, atelier Gat-Art rue des Poilus, viennent confirmer cette tendance. Ou encore Bénédicte, Caroline, Isabelle et Nathalie, les quatre créatrices gérantes de l’enseigne Les Cigales qui ont créé un espace de coworking dans lequel elles fabriquent et vendent leurs créations. «Les clients apprécient de nous voir travailler et de trouver des articles qu’on ne voit pas ailleurs», expliquent-t-elles.

Une nouvelle identité en marche

Le concept de boutique-atelier serait-il le modèle idéal ? Ce type d’enseigne commence, en tout cas, à changer la donne en cœur de ville. «Nous signons avec ces commerçants une contrat d’objectifs dans le cadre d’une convention précaire de 23 mois, qui leur demande notamment de fabriquer sur place et d’échanger avec les habitants sur leur savoir-faire» indique Gavino Briscas, délégué au Commerce et à l’Artisanat. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le pari est en passe d’être réussi. Et ceux qui se sont installés récemment l’ont bien compris : plutôt que d’espérer simplement tirer bénéfice d’une ville touristique, autant en devenir l’un de ses principaux attraits. Et les dégustations et autres démonstrations constituent ce petit plus qui attire les clients. En outre, des dispositifs comme «boutique à l’essai», visant à mobiliser des locaux vacants en centre-ville pour faciliter l’installation de concepts commerciaux «nouvelle génération», vont également permettre d’étoffer et de dynamiser l’offre commerciale Vieux La Ciotat. Bio Provence, primeur bio qui travaille en filière courte, sera la première boutique à en bénéficier. Alors n’hésitez plus et rendez-vous cet été dans le centre ancien pour vous balader, découvrir, apprendre et déguster !

 

Faites le lien ...