Site Officiel de la Ville de La Ciotat

Le Vieux La Ciotat à l'heure du changement

La redynamisation du Vieux La Ciotat constitue le principal objectif de la municipalité relier progressivement le centre ancien au reste de la ville à travers un projet global s'appuyant sur quatre leviers d'actions : la requalification de l'espace public, permettant des modes de déplacement doux et multimodaux, l'amélioration de l'accessibilité et du stationnement, l'attractivité à travers les services à la population, les commerces, l'artisanat, la valorisation du patrimoine historique et culturel et enfin l'amélioration de l'habitat. Nous reviendrons régulièrement dans ces pages sur les différentes étapes et leurs avancées.

 

Un espace public rénové


Objectif : créer un espace de vie accessible et agréable ! Il est donc devenu indispensable de repenser l'espace public en donnant la priorité à la balade et aux modes de déplacements doux. Les plages via la Voie Douce, le Domaine de la Tour, la zone Athelia ou encore les hauteurs de la ville seront reliés au cœur de ville par des zones de promenade et de circulation multimodale. Ces aménagements seront bonifiés par une végétalisation des espaces, la mise en place de jardins partagés, et la valorisation du patrimoine culturel et architectural existant, comme les vitraux des chapelles mis en lumière par des éléments d'éclairage. Les espaces piétons seront quant à eux finalisés avec la pose de bornes de sécurité. Ce schéma se retrouvera à terme dans l'ensemble du cœur de ville. La première séquence de travaux, déjà bien avancée et qui s'achèvera en fin d'année, concerne la réfection de la place Colonel Ducas sur le haut de la rue des Poilus et les aménagements de la place Guibert à la rue Marius-Monnet et la rue du Maréchal Joffre.

 

Une ville accessible et une mobilité multimodale


Un cœur de ville embelli c'est bien, mais encore faut-il pouvoir s'y rendre. Avec quels modes d'accès ? Aujourd'hui et depuis des années, le mode de déplacement de prédilection reste la voiture. Pour changer les pratiques, la municipalité travaille sur les alternatives à l'automobile et sur le stationnement périphérique, qui en est une déclinaison. Depuis le mois de mai, 72 places identifiées «zone bleue» avec une heure de gratuité sont disponibles dans le Vieux La Ciotat, mais ce n'est qu'un début, car la question du stationnement fait l’objet de beaucoup d’attentes et d’attentions. Pour l'heure, la municipalité s'en remet, en collaboration avec la Caisse des Dépôts et Consignations, principal financeur du projet, à des études de faisabilité et des études comparatives sur ce qui peut être pratiqué dans des environnements urbains comparables à La Ciotat. Il s'agit notamment de la restructuration des notions d'affectation et de tarification de parking en distinguant le stationnement résidentiel du stationnement à but commercial. Autre enjeu, déployer l'intermodalité afin de laisser la voiture en périphérie pour d'autres modes de transport. Une navette urbaine intra-muros à haute fréquence pourrait ainsi relier tout au long de l'année des parkings relais aux portes du vieux-La Ciotat. À ce projet de nouvelle ligne de bus s'ajoute la perspective des stations de vélos électriques. Cinq stations sont à l'étude, au Domaine de la Tour, au niveau de l'entrée des Maquisards et du parking Saint-Jean, de l'office du tourisme et sur le port-vieux, à proximité des chantiers navals. Des tracés seront dédiés aux vélos, sur des linéaires doux et sécurisés.

Une attractivité retrouvée


Une fois l'espace public requalifié et la mobilité repensée, il faut pouvoir trouver en ville des services adaptés. Cela a démarré par le retour des services culturels et des services à la population tels que la Médiathèque, le Point d'accès au droit, l'antenne de la Sécurité sociale, la Maison des seniors, les Ateliers du Vieux La Ciotat ou encore le cinéma Éden-Théâtre et la Chaudronnerie. Le maintien et le développement des services tertiaires privés est également une priorité. Les professions privées libérales affichent généralement leur préférence pour les zones d'activités ou commerciales, en raison d'une offre de stationnement et d'un flux continu de passages. Toutefois, convaincus par le renouveau et le potentiel du cœur de ville, médecins, avocats ou encore experts comptables sont de retour. Enfin, de nombreux mécanismes de soutien en direction des commerçants et artisans tels que le Paci (Initiatives Pays d’Aubagne-La Ciotat), le Fisac (Fonds d’intervention pour la sauvegarde de l’artisanat et du commerce) ou encore le dispositif «boutiques à l'essai» offrent aux commerces d'intéressantes perspectives de développement. En outre, une véritable identité émerge, bâtie autour de l'authenticité et de la qualité. La rue des Poilus et autres artères principales du cœur de ville sont plutôt dédiées aux commerces alimentaires et aux métiers de bouche, les rues adjacentes quant à elles,  à l'artisanat et aux métiers d'art. Des enseignes hybrides apparaissent comme l'Utop Lab, aux confins entre services et innovation.

 

Un habitat amélioré


La volonté du maire en matière d'habitat est de rénover le cœur de ville pour lui redonner une attractivité résidentielle. Cette restructuration urbaine consiste au rachat d'îlots anciens et insalubres afin de les restaurer pour créer des logements attractifs, aux surfaces plus importantes et avec une attention particulière portée aux parties à vivre extérieures. Ces nouvelles habitations comporteront 25% de logements sociaux pour que ce renouveau soit à la portée de tous. Les premières rénovations concerneront l'îlot Castel, avec le programme La Ciotadenne, et l'îlot Renan. En outre, six nouveaux îlots sont à l'étude, proche du boulevard Anatole-France et de la place Évariste-Gras. De nombreux leviers incitatifs d'aide aux propriétaires sont désormais actifs, comme la mission Opah RU à travers le réseau Soliha, qui intervient en faveur des plus fragiles pour le maintien et l’accès dans le logement. 13M€ sont affectés pour la rénovation des parties individuelles et collectives, dont les façades constituent un point obligatoire. La société Urbanis porte quant à elle une mission d'appui d'ingénierie pour accompagner les copropriétés non organisées à mettre en place un règlement de copropriété. L'objectif ? La restructuration et l’organisation des immeubles isolés. L'ensemble de ces aides sont accessibles auprès du Pôle ressource habitat dans les locaux des Ateliers du Vieux La Ciotat, qui permet en outre de maintenir le lien avec la population. Car c'est ensemble que se fabrique la ville de demain.

 

Faites le lien ...