Site Officiel de la Ville de La Ciotat

 

 

Un nouvel écrin pour le Port-vieux, moderne et attractif

La requalification des quais du Port-vieux en zone de promenade douce est une priorité affichée par la municipalité et le maire Patrick Boré. Les travaux, d'un montant de 11 ME, débuteront fin septembre pour dix mois. Ils offriront à l'été 2019 un nouveau visage au Port-vieux et un cadre de vie amélioré.

Il est des projets que l'on place au rang de priorité et celui de la rénovation du Port-vieux en est un pour le maire Patrick Boré. Depuis plusieurs années, les quais sont devenus difficilement praticables à force de mobiliers urbains, bornes, stationnements anarchiques et signalisations chaotiques. Aujourd’hui, les poussettes ou fauteuils roulants se retrouvent sur la voirie plutôt que sur le quai et les jours d'affluence, comme durant la période estivale, les riverains sont obligés de slalomer entre tables et chaises pour regagner leur domicile. Bien au-delà des questions esthétiques, évidemment prises en compte dans ce projet d'envergure, un réaménagement était donc devenu nécessaire. Passerelle entre les chantiers navals et la partie historique de la ville, elle aussi concernée par un vaste programme de restructuration urbaine, le projet de requalification du Port permettra sa mise en valeur par l'aménagement d'une aire propice à la promenade. Avec davantage d'espace dédié aux piétons, un seul sens de circulation et des terrasses refaites à neuf, les ciotadens pourront à terme profiter d'un cadre de vie amélioré et redevenu attractif pour tous. La saison estivale achevée, les travaux pourront commencer. Car pour ne pas occasionner de désagréments aux commerçants, restaurateurs, usagers et riverains, la municipalité a fait le choix de ne pas démarrer les travaux durant été. Dans cette attente, un sens unique a d’ores et déjà été mis en place allant du rond-point des messageries vers le musée. Cette première ébauche de réorganisation de l'espace existant a déjà permis de gagner 20% d’espace pour les aménagements piétons et cyclistes. Le projet démarrera donc concrètement en ce mois de septembre par une période de préparation aux travaux avec des prises de mesures et des tracés au sol. Début octobre, les travaux commenceront alors pour dix mois.

La priorité aux piétons et aux modes de transport doux

Le projet de requalification du Port-vieux a pour objectif de libérer un maximum d’espace afin de redonner la priorité aux piétons en toute sécurité. Des pieds des façades d’immeubles jusqu'au bord des quais, un revêtement en pavés naturels remplacera le bitume. De part et d'autre de la voie de circulation partagée des bornes anti-bélier et rétractables sécuriseront les piétons et remplaceront les barrières actuelles qui ferment la voirie. Il n’y aura pas de marquage au sol. Toutefois, la voie sera bordée des deux côtés par des zones piétonnes et la priorité sera donnée aux usagers les plus vulnérables. Côté terrasses, le cheminement sera enfin accessible avec une largeur de 2 mètres et côté quais, la promenade atteindra un minimum de 4,5 mètres et jusqu'à 6 mètres dans certaines zones. Des arceaux pour vélos et des espaces de stationnement pour les deux roues seront positionnés le long de la chaussée, ce qui entraînera le déplacement de l'aire réservée aux taxis au niveau de la rue Bouronne, face à la mairie. Des aires de livraison seront disponibles le long de la voirie, en surface équivalente à ce qui existe aujourd'hui, trois au rond-point des Messageries et une au niveau du quai François-Mitterrand.
Le glacis du quai Ganteaume, jadis utilisé pour le carénage des barques mais inutile aujourd'hui, sera aménagée en  un nouvel espace accessible aux piétons. Cette extension, en bois, entre le quai et le plan d'eau offrira aux usagers une nouvelle place de repos et de contemplation au-dessus de l'eau, accessible aux poussettes et aux personnes à mobilité réduite.
Devant l'église Notre-Dame de l'Assomption, des gradins seront installés et un escalier reliera les quais vers les ruelles du centre ancien. Des bancs seront installés tout le long du parcours pour permettre à tous de profiter pleinement du site. Des containers enterrés dédiés aux ordures ménagères et au verre seront positionnés de part et d'autre des quais et à proximité de la mairie. Enfin, les arbres malades seront remplacés et de nouveaux seront installés tout le long des façades. Le végétal restera donc présent dans un souci de développement durable, tout en laissant la perception largement ouverte sur le plan d'eau, les arbres étant situés côté terrasses.

Des terrasses harmonisées et plus lisibles

Ce projet, bâti avec la Sémidep, qui a en charge la gestion du Port-vieux, notamment des terrasses des restaurants, est soumis à l'avis conforme des services de l'État et de l'architecte des Bâtiments de France. Ce dernier souhaitait retrouver avec le nouveau projet une harmonie d’ensemble et donc éviter que se reproduise «l'effet galerie commerciale» de bars et restaurants installés çà et là le long du port, l'autorisation d'occupation temporaire (AOT) initialement donnée ayant quelque peu été contournée au fil des ans. La municipalité a toutefois fait le nécessaire auprès des services de l’État pour que les restaurateurs puissent bénéficier d'emplacements extérieurs améliorés avec une superficie préalablement définie et respectée. De façon à satisfaire tout un chacun plusieurs systèmes de fermeture des terrasses ont été proposés aux restaurateurs, de simples parasols aux solutions plus rigides, en passant par le mobilier et une proposition de nuancier.

 

Le renouveau industriel des chantiers

La Ciotat Shipyards (anciennement Semidep) n'a de cesse de se développer. Déjà une référence mondiale avec l'accueil chaque année d'une centaine de yachts de plus de 50 mètres, séduits par les infrastructures de haut-vol à leur disposition. Afin de devenir le premier chantier naval au monde pour l'entretien des mégayachts, 100 millions d’euros d'investissements sont prévus, notamment pour créer une nouvelle plate-forme couverte de 25 000 m² équipée d'un ascenseur à bateaux de 4 000 tonnes pour les opérations de maintenance, d'entretien et de conversion de la nouvelle génération de ces grands navires de plus de 80 mètres. L'autre opération concerne l'aménagement d'une nouvelle zone d'activité de 12 000 m² pour les entreprises du secteur. Une Zac des Calanques qui permettra de répondre aux nombreuses et croissantes demandes d'implantation et de créer un écosystème industriel métropolitain dédié au yachting, avec un nombre d'emplois doublé dont une majorité d'embauches locales.
Le Port-Vieux va donc être refait en adéquation avec la réorganisation du site des chantiers navals. Les pointus seront bien entendus préservés mais les quais accueilleront également des pannes dédiées à l'accueil des yachts, avant et après leur réparation.

Un rappel aux quais d'antan

Cette transformation urbaine tiendra compte de la relation visuelle entre les éléments naturels et patrimoniaux existants tels que les quais du port, les chantiers navals, les falaises du Bec de l'Aigle et la vieille ville. Mais au-delà de cela, elle va permettre de retrouver la configuration du port du début du 20e siècle. En effet, trois siècles d'histoire locale ont transformé l'anse formant l'abri naturel de la ville, depuis les installations des môles historiques en 1539 et 1573, sous François 1er, Henri II et Charles IX. À l'origine, il était question de défendre la ville contre les attaques extérieures, mais au fil des siècles, le développement des activités vivrières et commerciales, avec la pêche puis la construction navale, ont considérablement transformé le port. La situation générale au tournant des années 1830 était soumise aux besoins constants de la construction navale, qui progressera à partir de 1836 avec les chantiers «Benet» puis dès 1852 sous la férule de Michel Édouard Vence et des messageries nationales, impériales et nationales. Au tout début du 20e siècle, les quais du port vieux fourmillaient d'activité mais n'en étaient pas moins clairs et aérés. Aujourd'hui, le site industriel des chantiers navals poursuit sa mue et son développement. Une croissance qui se conjugue à la requalification du port. Comme ce fut le cas à la fin du 19e siècle, il est désormais nécessaire de concrétiser le changement d'époque.  

Phasage et financement

Les travaux, qui se dérouleront en plusieurs phases, débuteront en octobre prochain et s'achèveront au mois de juin 2019. Du quai Ganteaume au quai François-Mitterrand, l'ensemble de la promenade est concerné. Pour limiter au maximum les inconvénients,  il est à  noter que pendant toute la durée des travaux, l'ensemble des accès aux commerces, restaurants et portes cochères seront maintenus. La circulation des véhicules sera elle aussi  maintenue pendant la durée totale du chantier. Ces travaux d'envergure entraîneront malgré tout des désagréments au cours de l'hiver, mais ce sont des étapes nécessaires pour de meilleurs lendemains. Aussi, pour soutenir les restaurateurs les plus impactés, une commission d'indemnisation à l’amiable a été mise en place.
Le financement de cette transformation urbaine de grande ampleur est assuré par la Métropole pour un montant total de 11 millions d’euros, en partenariat avec la ville, soutenue dans cette opération par le Conseil Départemental 13 à hauteur de 5 millions d’euros et 2 millions par la Région Sud Provence- Alpes-Côte d’Azur. En période de restriction budgétaire, c'est le financement le plus important de la région, hors Marseille, maintenu par la volonté affirmée de la municipalité.
Comme ce fut le cas pour Boulevard Anatole-France, le coup de jeune du Port-vieux profitera incontestablement à tous, aux commerçants,  aux restaurateurs et cafetiers, aux badauds et visiteurs qui pourront investir des quais réaménagés, propices aux déplacements doux et à la promenade urbaine.

Faites le lien ...