Site Officiel de la Ville de La Ciotat
Chantiers navals : plus haut, plus grand, plus fort !

LA PRÉSENTATION DE LA PLATEFORME 4 000 TONNES A EU LIEU LE 31 AOÛT DERNIER AUX CHANTIERS NAVALS DE LA CIOTAT, EN PRÉSENCE DU DEUXIÈME PERSONNAGE DE L’ÉTAT, GÉRARD LARCHER, PRÉ- SIDENT DU SÉNAT. CE NOUVEL ÉQUIPEMENT PERMETTRA À LA CIOTAT SHIPYARDS DE S’AFFIRMER AU NIVEAU INTERNATIONAL COMME UN LIEU INCONTOURNABLE DANS LE DOMAINE DU REFIT ET DE LA RÉPARATION DES MEGA YACHTS. À DÉ- COUVRIR DANS LE FOCUS DU MOIS.

LES CHANTIERS NAVALS EN LEADER MONDIAL

FORTE DE NOUVEAUX PROJETS ET D’UN OUTIL INDUSTRIEL DE HAUT VOL, LA CIOTAT SHIPYARDS SE DÉVELOPPE CHAQUE JOUR DAVANTAGE, AVEC UN RAYONNEMENT CROISSANT SUR L’ENSEMBLE DE LA VILLE.

 Anciennement tourné vers la construction de grands navires industriels, le site des chantiers navals renaît depuis les accords de 1994 sous l’impulsion de La Ciotat Shipyards. Cette Société Publique Locale (SPL) dont le Département, la Région, la Métropole et la Ville sont actionnaires tire son succès d’une politique volontariste et partenariale de réindustrialisation des chantiers qui l’a repositionnée sur le secteur de la réparation, de l’entretien et de la maintenance des grands yachts. Son mode de gestion, unique dans le secteur du yachting, fait l’objet d’un consensus politique et social extrêmement solide depuis près de 25 ans. Il permet aux collectivités publiques actionnaires de conserver un contrôle sur les grands choix stratégiques de développement tout en permettant une réactivité propre à une structure privée, adaptée aux exigences du marché. La Ciotat Shipyards est aujourd’hui un leader mondial sur le secteur du refit et de la réparation de grands yachts, avec 8 % à 10 % de part de marché, grâce notamment à plusieurs avantages concurrentiels majeurs : un site industriel hors du commun et une capacité à répondre qualitativement à la demande du marché très spécifique du yachting, à moins de 100 miles nautiques de la Côte d’Azur (185 km).

Un outil industriel haut de gamme

 

La réindustrialisation du site peut être découpée en 3 phases, à trois zones distinctes. Premier faire l’objet de travaux importants, le terreplein «Sahara» correspond à la partie du site la plus éloignée de la Ville. Gagné sur la mer comme la quasi-totalité du site, cet espace a successivement accueilli deux équipements majeurs : la plateforme 2000 tonnes dédiée aux Superyachts (de 50 à 80 mètres) et la plateforme 300 tonnes destinée aux plus petites unités. La plateforme 2000 tonnes, d’une superficie totale de 65 000 m² a été inaugurée en 2007 et symbolise le redémarrage des chantiers puisque c’est le premier gros investissement dans un nouvel équipement sur le site. Exceptionnelle par sa taille, quatre fois plus grande que celle de Barcelone et sans équivalent en France, elle est l’un des fers de lance du site sur le marché mondial avec 17 emplacements pour l’accueil des superyachts. Cette plateforme fait systématiquement le plein en haute saison et fonctionne désormais à sa capacité nominale, soit une soixantaine de navires d’une taille moyenne de 60 mètres à l’année. Inaugurée en 2009, la plateforme 300 tonnes compte 24 emplacements pour des yachts de 25 à 40 mètres. Même si elle représente seulement 6% du chiffre d’affaires de La Ciotat Shipyards, elle complète utilement la gamme de services proposés. La deuxième étape structurante du réaménagement du site a ensuite consisté dans la reconfiguration, sur la période 2012-2016 de l’ensemble monumental Grande Forme / Grand Portique pour les reconvertir aux activités de réparation de yachts. Ces outils, conçues pour la construction de tankers, ont trouvé une nouvelle vie grâce à la course au gigantisme qui a caractérisé le marché du yachting à partir de 2005. Cette infrastructure, sans équivalent dans le monde des yachts, permet d’accueillir des unités sans limite de taille, de forme, ni de poids. Rien qu’en 2017, année de sa réouverture, la Grande Forme a accueilli onze yachts d’une taille moyenne supérieur à 90 m et l’année 2018 s’annonce encore meilleure. Aucun autre site en France ne peut se targuer d’un tel palmarès en ce qui concerne l’accueil de Méga-yachts. Pour parachever la renaissance du site et installer définitivement La Ciotat comme le «hub» central et incontournable du refit de grands yachts en Méditerranée, la 3e étape consistera à doter le site, à l’horizon 2021/2022, d’un ascenseur 4000 tonnes desservant une plateforme de 40 000 m2 destinée aux opérations de maintenance, d’entretien ou de conversion de Megayachts et pouvant accueillir simultanément jusqu’à huit unités de 105 mètres de long. Ce nouvel équipement, intermédiaire entre le 2000t et la Grande Forme, sera réalisé par La Ciotat Shipyards main dans la main avec le groupe MB92, leader incontesté de l’entretien, de la réparation et la transformation de Megayachts, et les travaux commenceront l’année prochaine. Fort d’une autorisation d’occupation temporaire (AOT) d’une durée de 35 ans remportée au terme d’un appel à projets international, MB92 investira dans l’opération plusieurs dizaines de millions d’euros, dans le cadre d’un partenariat financier équilibré avec La Ciotat Shipyards, qui conservera pour sa part la maîtrise de l’ascenseur, des quais, et d’un emplacement sur la plateforme.

Le Village Yachting

Le long de l’avenue des Calanques, un terrain en terre ferme, propriété de la Métropole, vient d’être mis à disposition d’une filiale de La Ciotat Shipyards dans le cadre d’une délégation de service public signée l’été dernier. Il permettra au gestionnaire de répondre à l’ensemble des demandes d’implantation d’entreprises du monde du yachting qui lui sont adressées. Cela n’était plus le cas, faute de locaux disponibles aujourd’hui. La Ciotat Shipyards va donc restructurer, puis commercialiser 12 000 m² de locaux d’activité divisibles en une vingtaine d’unités, principalement des ateliers de 200 à 1000 m² et renforcer ainsi un pôle d’excellence mondial autour des métiers de la réparation navale. Des locaux tertiaires sont aussi prévus pour accueillir des fonctions «support», dans une logique de «lieu de vie». Il s’agira d’espaces de coworking, showrooms ou encore d’espaces susceptibles d’être dédiés à la formation. Les premiers bénéficiaires seront les entreprises locales, issues du tissu métropolitain, qui se verront ainsi offrir des opportunités de développement et de croissance. Le développement d’une base locale de sous-traitants permettra aussi de réduire sensiblement le recours aux travailleurs détachés. Ces entreprises pourront bénéficier de l’afflux d’activité généré par l’accueil des megayachts à La Ciotat. Les travaux démarrent cet automne avec la démolition de l’ancienne école de soudure. La livraison du programme se fera par tranches, de fin 2019 à fin 2023, avec une attention particulière accordée aux enjeux environnementaux et de biodiversité. La Ciotat Shipyards, qui investit plus de 15 M€ dans ce projet, en conservera la maîtrise et le pilotage. Elle aura la charge de sélectionner les entreprises sous-traitantes selon un cahier des charges privilégiant l’expertise et les compétences liées au monde du yachting, la solidité financière, la création d’emplois locaux et l’inclusion dans l’écosystème, c’est-à-dire la capacité d’établir des liens avec les autres entreprises du site. Ce village mais aussi l’ascenseur de 4 000 tonnes permettront à eux seuls de créer 900 emplois supplémentaires.

Faites le lien ...