L’association Sauvage Méditerranée propose de recycler des déchets pour en faire des bijoux.

S'offrir un joli bijou tout en œuvrant pour la planète. En voilà une double action bien attrayante.

C’est le concept de Sauvage Méditerranée dont l’atelier se situe à Aix-en-Provence et qui œuvre avec, notamment, des associations ciotadennes. Pour Emmanuel Laurin, le fondateur de Sauvage Méditerranée, la dépollution de la Grande Bleue est devenue une obsession, un objectif majeur. Installé en Provence en 2015, le Bourguignon a eu un choc en pratiquant la nage en eau libre. La beauté de la mer contrastait avec la multitude de déchets qui la peuple. Il s’est alors lancé dans une action environnementale d’envergure.

Avec les bénévoles de son association, il multiplie les actions de ramassage et de sensibilisation auprès de la population. L’organisation du «Grand Défi», une collecte de débris divers par des nageurs et des kayakistes dans la baie de Marseille, en est une illustration. Avec sa collection de bijoux, il a poussé le bouchon encore plus loin. Dans son atelier, il recycle les déchets marins, filets de pêche, verre, plastiques et bois pour en faire des sacs et des bijoux. Des associations partenaires (à La Ciotat : Déchet Zéro & Co) se chargent de lui fournir la matière première qu’une société spécialisée lui transforme. Tout le reste (design, conception, assemblage...) est fait à la main. Les fonds récoltés serviront à monter de nouvelles actions en faveur de la dépollution de la Méditerranée.

Et porter ces bijoux recyclés (boucles d’oreille, bracelets, colliers...) c’est également afficher des valeurs en faveur de la protection de la mer et des océans. Sauvage Méditerranée est une marque locale, sociale et solidaire. Le défi est immense : on estime à 600 000 tonnes les déchets rejetés dans la mer chaque année...

P.Bru

Source : Magazine municipal - Mars 2021

Faites le lien ...