Transports en commun, déplacements doux... la Ville accélère

Donner aux habitants la possibilité de se déplacer autrement qu'en voiture, beaucoup de villes en parlent... La Ciotat, elle, l'a fait. Praticable depuis déjà plusieurs mois, la voie douce  aménagée en lieu et place de l'ancienne voie de chemin de fer des BdR, permet désormais aux Ciotadens de se déplacer du centre-ville jusqu'à l'avenue Guillaume-Dulac à pied, à vélo, en trottinette ou en rollers.

Un axe fort de la politique des transports pensée et conduite depuis de longues années... mais qui est loin de la résumer toute entière. Tous les choix en matière d'aménagement urbain sont dictés par le souci de réduire la place de la voiture, car c'est un enjeu essentiel en terme de qualité de vie et de protection de l'environnement.

En matière d'équipements structurants, c'est aujourd'hui la Métropole Aix Marseille Provence qui est compétente avec qui nous travaillons déjà étroitement avec ses services. Et c'est pourquoi la Ville de La Ciotat a demandé, et obtenu, qu'un plan local de déplacements soit mis en chantier. Ce sera le premier du genre.

Le Plan Local de Déplacement (PLD) va être rebaptisé Plan Local de Mobilité (PLM) dans le prochain Plan des Déplacements Urbains métropolitain 2019-2024 en cours d’élaboration, et suite à la nouvelle Loi d’Orientation sur les Mobilités (LOM). Le PLM se concentrera sur les territoires de La Ciotat et de Ceyreste. Il permettra de mieux cibler les besoins et d'adapter les modes d'action. Et ils sont nombreux, de la seconde tranche de la voie douce à l'amélioration du réseau Ciotabus en passant par la création autour de la gare SNCF d'un véritable pôle d'échange multimodal. Tour d'horizon des réalisations qui vont bientôt vous changer la ville.

Après le plébiscite de la voie douce, cap sur la deuxième tranche

Avant même l'achèvement des tout derniers aménagements, la voie douce était praticable au printemps dernier. Et elle a immédiatement été adoptée par les Ciotadens, qui ont été des milliers à venir s'y promener spontanément. Et à constater du même coup qu'en vertu de son tracé idéal, il s'agissait bel et bien d'une alternative à la voiture.

C'est un moyen pratique et sûr de se rendre par exemple à l'hôpital ou au lycée Méditerranée ou encore d'accéder aux services publics du centre-ville. La voie douce est en train, très concrètement, de changer nos habitudes en matière de déplacements. Et c'est loin d'être fini car la Ville veut passer la vitesse supérieure dans l'aménagement de la seconde tranche de la voie douce, qui court sur environ 2,2 kilomètres, de l'avenue Guillaume-Dulac jusqu'à la gare SNCF.

Un pôle d'échanges multimodal à la gare SNCF

Elle est célèbre dans le monde entier grâce aux frères Lumière... mais pas assez exploitée jusqu'à présent, du fait de son emplacement, sur les hauteurs de la ville. La gare SNCF deviendra demain un véritable pôle d'échanges multimodal combinant rail, route et déplacements doux grâce à la voie douce. Cela suppose des aménagements qui sont aujourd'hui à l'étude. La ville souhaite, pour commencer, réaménager entièrement le parvis de la gare afin de faciliter la rotation des bus et le stationnement des taxis. Il faudra également proposer des bornes de recharge pour les vélos électriques et demander que les quais soient tous accessibles aux personnes handicapées. La capacité des parkings devrait par ailleurs être portée prochainement à 350 places puis, à terme, à 530 places. Enfin, et c'est la clé de ce projet majeur, la Ville a officiellement demandé que la fréquence des TER soit revue à la hausse, pour rendre l'option du train plus attractive.

Renfort de lignes pour Ciotabus

Les lignes 20, 21 et 40 du réseau Ciotabus, très fréquentées, ont été renforcées par l’arrivée de trois bus supplémentaires, soit un bus en plus sur chaque ligne.
Cette mise en circulation de nouveaux véhicules permet de répondre à une demande forte en période d’heures de pointe, du lundi au vendredi en période scolaire.
Ainsi, la ligne 20 voit son trajet reliant Maurelle Nord à la Gare Routière passer de 44 courses par jour à 58, avec une fréquence de passage plus importante, toutes
les 20 minutes en horaires matinaux, et de 15h35 à 18h45, son itinéraire a été simplifié.
La ligne 21 reliant Ceyreste à la gare routière verra également ses fréquences de passage augmenter, ce qui permettra plus de liaisons entre les deux communes voisines, La Ciotat et Ceyreste. Quant à la
ligne 40, elle effectue le trajet Gare SNCF - Baie des Anges - Gare routière. Grâce au déploiement d’un bus supplémentaire sur la ligne, les passagers pourront être transportés toutes les 20 à 35 minutes de 6h30 à 9h05 et de 16h00 à 19h30. Le reste de la journée, les passages se feront toutes les 40 minutes.
Le réseau de transport Ciotabus (repris par la RTM Est Métropole, filiale de la RTM) compte 15 lignes de bus. L’année dernière, 681 000 voyageurs ont ététransportés.

 

Faites le lien ...