Quelquefois, et c’est hélas de plus en plus souvent, les mots les plus simples, sans nuance, résument le mieux la situation. Oui, cette année 2020 a tout bonnement été une année pourrie. Elle restera pour longtemps, pour toujours peut-être, comme l’une des pires, depuis des décennies.

Tout y passe... Les attentats islamistes qui frappent un peu partout, y compris au coeur même de la République et de notre laïcité qui fait notre force universelle et unique au monde. Ce sentiment diffus, prégnant, qui met mal à l’aise et qui donne l’impression que le pire est possible, malgré la superbe résilience dont font preuve les Françaises et les Français.

Et puis, ce virus qui s’est insidieusement infiltré dans nos corps puis nos esprits. Ce Covid 19 s’est implacablement imposé dans nos vies. Des milliers et des milliers de morts. Des milliers et des milliers de familles brutalement endeuillées, impuissantes face à ce monstre venu d’ailleurs. Et des millions et des millions de nos concitoyens qui vivent, survivent, dans l’incertitude, l’angoisse du lendemain. Pour beaucoup, un monde qui s’effrite inexorablement et qui peut s’écrouler en laissant derrière lui la souffrance, le désespoir, un avenir incertain, un horizon si invisible qu’il peut pousser au pire.

Ici, chez nous, tout ce qui a été possible de faire pour juguler les conséquences physiques, économiques, psychologiques, a été mis en oeuvre. Anticipation, concrétisation, proximité, écoute, dialogue : tels ont été nos mots d’ordre de cette forme de mobilisation générale qui nous ont permis de résister, tous ensemble, face à cette terrible épreuve. Aujourd’hui, l’horizon semble s’éclaircir. L’espoir est bel et bien là. À notre portée. Les possibilités de vaccins se multiplient. Encore quelques semaines d’efforts collectifs et tout est possible, à commencer par le meilleur : retrouver une vie presque comme avant. Alors, cette période de Noël ne sera sûrement pas aussi festive. Ce passage à la nouvelle année ne sera également pas aussi insouciant, aussi optimiste, que d’habitude. Il n’empêche : je suis convaincue que nous sortirons de cette infernale année, ici et ailleurs, renforcés, plus solidaires encore, toujours plus forts et ambitieux.

Alors, même si les mots n’ont aujourd’hui plus tout à fait le même impact, c’est avec une conviction accrue, encore plus sincère, que l’ensemble du Conseil municipal et moi-même, vous présentons nos voeux pour 2021. Oui, 2021 sera une bonne année pour les Ciotadennes et les Ciotadens. Pour la France. En tout cas, je le souhaite.

Arlette Salvo
Maire de La Ciotat

Faites le lien ...